Okayama, château du corbeau et purikura !

Avant de continuer en direction de la mer intérieure de Seto, nous nous arrêtons quelques jours à Okayama. Au programme, un château tout de noir vêtu, un immense jardin, ainsi qu’une séance photo mémorable ! Suivez le guide.

Un peu d’histoire

Okayama est la capitale de la préfecture du même nom, elle est située dans la région de Chūgoku, en bordure de la mer intérieure de Seto. La ville est connue pour son château noir et son jardin le Koraku-en, considéré comme l’un des trois plus beaux jardins du Japon

Ce que l’on a fait

Nous avons visité Okayama début-novembre. Initialement, nous voulions y passer une journée mais pour cause de typhon, nous y sommes restés 2 jours. Nous attendions que le ferry pour l’île de Naoshima soit de nouveau en activité.

Le château noir d’Okayama

Le château d’Okayama

Situé sur le bord de la rivière Asahi, ce château a la particularité d’être noir comme un corbeau !

Par le passé, le donjon principal possédait des tuiles dorées, ce qui lui valut le nom de « château du corbeau doré ». De nos jours, seuls quelques éléments du toit sont encore en or. On retrouve ainsi les fameuses shachihoko,  gargouilles « poisson », protectrices contre les incendies.

Vue sur le Jardin

D’un point de vue historique, le château d’Okayama fut construit en 1597 sous les ordre de la famille Ukita. En 1869, il devint propriété du Ministère de la guerre (Hyōbu-shō) qui le fit démolir partiellement. Les douves extérieures furent comblées et les murs du vieux château disparurent peu à peu sous la ville. Le 29 juin 1945, les bombardements alliés détruisirent le reste du complexe. Il ne reste donc pas grand chose de cet illustre forteresse mise à part la tour du château, une porte et quelques tourelles rénovées en 1966. La tour est visitable mais il faut savoir que l’intérieur est en béton, équipé d’air conditionné et d’ascenseurs, chose plutôt étrange pour un bâtiment qui, de l’extérieur semble si authentique !

A l’intérieur on retrouve des expositions et beaucoup d’informations sur l’histoire du château. Il y a également une très belle collection d’armures d’époque, ainsi que de magnifiques photos/dessins de samouraïs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On peut aussi s’amuser à se prendre en photo en tenue d’époque (kimono, gilet, accessoires) ou encore dans un siège à porteurs !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jardin Koraku-en

A proximité du château, on retrouve le Koraku-en qui est considéré comme l’un des trois plus beaux jardins du Japon. Il a la singularité d’être très étendu et d’avoir des pelouses immenses ce qui est assez rare dans les jardins japonais traditionnels.

Il fut construit sur le souhait du seigneur féodal Ikeda Tsunamasa en 1687 et achevé en 1700. Le jardin était d’ordinaire utilisé pour le repos du gouverneur, il permettait d’accueillir les invités importants et n’était ouvert aux habitants de la ville qu’à certaines dates préalablement fixées.

Ce jardin de promenade comporte divers bâtiments tels que : maisons de thé, théâtre, ou encore un terrain d’entraînement pour la pratique de la littérature et des arts militaires. En 1884, il est cédé à la préfecture d’Okayama et s’ouvre enfin au public. Les inondations en 1934 et les ravages de la guerre en 1945 lui infligent de sérieux dégâts, cependant, il est remis en état conformément aux plans de l’époque Edo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons adoré nous promener dans ce beau jardin, où, selon la coutume japonaise, tout est à sa place. Si vous passez à Okayama, c’est un incontournable !

Il n’est pas rare de trouver dans les jardins et les châteaux des expositions de petits bonsaïs (art traditionnel japonais originaire de Chine). Ces arbres nains, cultivés en pot, évoquent des arbres matures, ce qui est fascinant à observer. Pour plus d’informations sur cet art c’est ici.

Le purikura

Le Puriku … quoi ? Rien de méchant rassurez vous. Il s’agit juste de cabines photographiques extrêmement populaires au Japon. Elles sont plus grandes qu’un photomaton classique et certaines peuvent contenir jusqu’à 8 personnes ! On les retrouve souvent dans les salles d’arcade, parfois sur des étages entiers. Le Purikura est généralement utilisé par les adolescentes. Bon autant dire que nous n’étions pas du tout la cible de ce genre de divertissement mais quand on est un touriste, on a honte de rien 🙂

Nous avons donc pris la pose sous les ordres d’une machine boostée à l’extazy ! Musique assourdissante avec comptes à rebours ultra-stressants pour vous forcer à faire toutes les poses demandées en un temps record ! La machine retouche ensuite automatiquement les photos, vous fait des yeux plus grands, une peau de pêche. Il semblerait qu’on puisse ajouter d’autres effets mais on a pas eu le temps de comprendre les instructions !

Après ça plus rien ! On attend dans la machine comme deux idiots. Le gérant fini par venir nous voir car la suite se fait à l’extérieur de la bête ! En effet, un écran tactile nous y attend. On peut alors ajouter sur les photos des tampons, des mots, des couleurs, des cœurs, … tout ça encore chronométré ! S’en suit une impression de certaines photos pour chaque participant, le reste étant envoyé par email.

On ne vous cache pas qu’on est sorti de là avec la tension à 19 mais franchement, ça valait le coup de stress car on a beaucoup rit ! Quel bon souvenir et que dire des photos … Pour une première, on les trouve plutôt réussies 😉

En conclusion

Okayama est vraiment une destination que nous avons appréciée. Son château, plutôt atypique par sa couleur unique, mérite vraiment le déplacement, surtout qu’il est l’un des rares à proposer de se déguiser en costume traditionnels japonais. Rien que pour ça, il vaut le détour. Quant au jardin, il permet de faire une belle balade au grand air, dans un cadre zen. 

Nous continuons à présent notre chemin, cette fois en ferry, en direction de l’île de Naoshima, pour un volontariat en demi-teinte et de l’art moderne à profusion !

Ikimashouuu !

Un commentaire sur “Okayama, château du corbeau et purikura !

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

The Path She Took

Travel far, Travel green

Ferdy pain d'épice

Expatriation au Canada, Voyage & Cie

alaska-patagonie

Un tour du monde à partager

Novo-monde

Un tour du monde à partager

A-contresens

Just another WordPress.com site

America By Bike

From Whitehorse to Tierra del Fuego

Bon, j'me casse.

Sur ma route, oui, il y a eu du vide, oui.

Tour d'Asie en sac à dos

"Pour voyager, il faut commencer par se perdre" _L'homme au grand nez

%d blogueurs aiment cette page :