La Polynésie française, feuille de route

Depuis la Nouvelle-Zélande, il est très tentant d’aller faire un petit tour sur l’un des innombrables archipels que compte l’océan Pacifique. Beaucoup vont aux Samoas, aux îles Cook ou encore en Nouvelle-Calédonie. De notre côté, nous avons choisi la Polynésie française !

Pourquoi la Polynésie Française ?

Au départ, nous avions dans l’idée d’aller en Nouvelle-Calédonie mais à cause de l’instabilité politique de l’île (référendum d’indépendance), d’avis mitigés de voyageurs et d’une météo moyenne au mois de novembre (début de la saison des cyclones), nous avons mis de côté cette destination.

Ce qui nous a fait choisir la Polynésie française, c’est la rencontre d’un surfeur polynésien sur un parking à Dunedin ! Une rencontre totalement improvisée, qui arrive souvent en voyage et qui à le don de rebattre les cartes. Après deux heures de discussion intense avec cet homme dont on a totalement oublié le nom, nous étions convaincus : la Polynésie serait notre break au milieu de notre hiver néo-zélandais, qui s’annonçait glacial  !

En quelques mots, voici ce qui nous a convaincu :

  • Bien évidement, les plages, le surf, les paysages, la richesse sous-marine !

  • Les polynésiens, leur sens de l’accueil, leur simplicité, leur gentillesse et leur bravoure décrite brillamment par notre ami
  • Le lien entre culture polynésienne et culture maorie
  • Un pays très lié à la France et qu’on connait finalement très peu
  • Et bien évidement la nourriture polynésienne ! Poissons frais et fruits tropicaux à tous les repas.
Poisson cru au lait de coco

Le Visa

Easy pour nous français, il n’y a besoin de rien car la Polynésie est une collectivité d’outre-mer (COM).


Mais alors, c’est la France ou pas ?

La Polynésie Française c’est bien la France mais avec quelques petites subtilités. Pour faire simple, l’Etat français gère tout ce qui est régalien (la justice et l’armée) tandis que la Polynésie gère l’éducation, l’économie et le social. Malgré une organisation institutionnelle indépendante (un président, des ministres et une assemblée élue au suffrage universel), la Polynésie ne bénéficie pas d’une autonomie politique totale mais plus d’une autonomie administrative. Autre fait intéressant, les partis politiques sur place ne sont pas orientés droite/gauche comme en hexagone. Ils se positionnent surtout vis à vis de leurs relations par rapport à la France : autonomiste vs indépendantiste.

Pour plus d’info sur ce sujet qui ne pourrait être résumé en quelques lignes, voici le site officiel du gouvernement qui explique le cas polynésien. Et pour ceux qui voudraient aller plus loin, retrouvez un podcast très intéressant de France culture : Quels pouvoirs en Polynésie française ?

La saison

Nous y sommes allés début septembre. A cette période, c’est l’hiver, il n’y a pas de cyclone, il ne fait ni trop chaud ni trop froid, on sort juste de l’invasion touristique des mois de juillet/août et c’est la saison des baleines.

iconfinder_Whale_Watching_71219

Les transports

Trajet depuis la Nouvelle-Zélande

Depuis le pays des kiwis, ce n’est pas bien loin, seulement 5h d’avion depuis Auckland. Comment y résister ? =)

Comme nous sommes partis de Queenstown (île du sud) nous avons dû rejoindre Auckland avec un vol supplémentaire de 2h. Nous avons donc passé une bonne journée dans les transports avant d’arriver à bon port. Mais ça ne s’est malheureusement pas fait dans la joie et l’allégresse…

En effet, dès le premier bus, les retards se sont enchaînés, nous amenant à courir comme des fous entre le terminal domestique et le terminal international d’Auckland ! Pour ne rien arranger le transfert entre les deux terminaux nous a obligés à sortir sous la pluie et à repasser tout un tas de sécurité. Et cerise sur le gâteaux, je me suis faite contrôler par un agent de sécurité en formation qui prenait tout son temps pour fouiller mon sac potentiellement piégé … La poisse !

Globalement Air New Zeland, nous a plutôt déçu. Son vol vers Papeete était assez moyen : tout était payants (films, repas, siège) pour la simple et mauvaise raison que le vol est considéré comme un vol « court » : 5h tout de même…

Trajet depuis l’Europe

En provenance d’Europe, il semblerait que le billet soit dorénavant plus accessible qu’auparavant. De nouvelles compagnies comme FrenchBee, Delta ont fait chuter les prix drastiquement.

En discutant avec des locaux on a cru comprendre qu’il y avait souvent des problèmes de transport aérien : annulations pour cause de cyclone décalant les vols de plusieurs jours, retards systématiques de certaines compagnies, grèves chez Air Tahiti (et oui, c’est la France), ou encore des annulations de vols sans trop d’explications …

Si vous ne voulez pas transformer vos vacances en enfer, suivez donc ces deux conseils :

  1. En arrivant à Papeete n’enchaînez pas directement sur une autre île. Prenez quelques jours à Tahiti comme ça si vous avez des problèmes de vols internationaux, vous pourrez la zapper sans trop d’état d’âmes. C’est à mon sens l’île la moins intéressante de l’archipel, vous comprendrez plus tard pourquoi.
  2. Pour le retour, évitez de prendre un vol local le jour de votre vol international, c’est moins risqué !

Vous êtes prévenus  😉

Se déplacer d’île en île

Comme la Polynésie française est étendue comme l’Europe, il n’y a pas 36 solutions pour se déplacer. C’est exclusivement l’avion (ou le bateau de croisière si vous avez les moyens de vous l’offrir). Les transferts en ferry sont plutôt rares (sauf entre Tahiti et Moorea), et à moins d’avoir son propre bateau, c’est plutôt compliqué de passer d’une île à l’autre. Il semble néanmoins possible de prendre des bateaux ou gros porte-containers qui font le ravitaillement des îles mais vu qu’ ils ne passent qu’une fois par semaine voire une fois par mois, ce n’est pas du tout pratique.

iconfinder_Falcon_22429

Comme nous n’étions là que 3 semaines nous avons pris un pass multi-îles avec Air Tahiti. Mais avant de découvrir le paradis, cette compagnie va vous faire goûter à l’enfer… Les plages de rêve, ça se mérite ! 

Organiser ses vols inter-îles : l’ENFER avec Air Tahiti !

Pour organiser notre séjour, j’ai du m’y prendre à plusieurs fois. Le site Internet de Air Tahiti est en effet vraiment mal fichu et ne donne aucune méthodologie claire pour planifier ses vols sans
s’arracher les cheveux par poignet

Voici mes conseils pour ne pas criser :

  1. Repérez les îles que vous aimeriez visiter. Voyez large car vous allez vous rendre compte qu’à cause des contraintes de transport, de logement il va falloir en éliminer pas mal … Autant avoir dès le début une petite liste d’îles, ça vous facilitera la vie.
  2. Regardez les contraintes qu’imposent le pass multi-îles avant de construire l’itinéraire (onglet « Conditions générales des tarifs Pass et Extension« ).
  3. Regardez la fréquence des avions mais attention, gardez en tête que leur fréquence ne reflète pas leur disponibilités !
  4. Regardez la disponibilité des hôtels avant de réserver vos vols ! A Maupiti, par exemple, il y a peu de logement donc même si vous trouvez une place dans l’avion, vous aurez de forte chance de dormir à la belle étoile
  5. Réservez vos vols. Acheter le pass ne suffit pas, il faut réserver l’intégralité de vos vols vers chacune des îles.

Pour conclure, prenez-vous y à l’avance ! Maupiti, pour ne citer qu’elle, est très réputée et possède peu de vols. Ils partent donc très rapidement …

Pour notre séjour nous avons opté pour le Pass Bora Bora-Tuamotu qui donne accès aux îles suivantes :

Ce n’est clairement pas donné : 570 euros/personne (prix haute saison).

Pour plus d’infos sur les tarifs et les conditions de cette compagnie maléfique, c’est ici.

Transport sur les îles

Comme la Polynésie française est très chère et que nous n’avions pas envie de nous rajouter des frais de location de voiture, nous avons fait le choix de ne rien louer. A nous la marche, le vélo et quand les distances seront trop grandes, le stop. Il semblerait que cela soit très rependu dans l’archipel et c’est aussi un bon moyen pour rencontrer les locaux =)

Se loger

Comme vous devez vous en douter, loger en Polynésie française revient à vendre un rein ! Heureusement pour nous, les Airbnb se sont mis à pulluler quelques mois avant notre arrivée, rendant ainsi le logement plus abordable au commun des mortels. Comme le stop c’est aussi un excellent moyen pour rencontrer les locaux.

Notre itinéraire final

Sur 3 semaines, voici les îles que nous avons faites :

itinéraire-polynésie-française.PNG

Avec le pass, nous aurions pu choisir de faire beaucoup plus d’îles mais nous ne voulions pas les « survoler », d’où notre choix de se limiter à 5 îles et 1 atoll.

Liens utiles 

Je vous partage ici les liens qui m’ont bien aidée avant et pendant notre voyage en Polynésie française :

  • La base : le guide du routard spécial Polynésie
  • Pleins d’idées pour les petits budgets avec le blog Explorer la planète
  • Des idées de destinations avec le blog tahiti le blog
  • Pour ceux qui veulent voir les baleines de manière éco-responsable le site de l’association Matatohora vous aidera à faire le tri
  • Pour la météo, malheureusement rien de très fiable dans les îles mise à part ce site qui permet de voir les dépressions directement sur les cartes : wind finder

Bien évidement d’autres liens plus spécifiques (logements, activés, restaurants etc) suivront dans les articles à venir.

Conclusion

Vous l’aurez compris la Polynésie française, ça se prépare en amont. L’organisation n’a pas été simple et la carte bleue a flambée comme jamais mais comme on dit, on n’a qu’une vie =) 

Le décors étant planté, il ne nous reste plus qu’à vous compter nos découvertes. Ce qu’on peut vous dire en attendant (vous devez vous en douter) c’est que ce fut 3 semaines inoubliables au beau milieu de l’océan pacifique !

L’atoll de Rangiroa vu du ciel

On vous dis donc à bientôt dans les eaux cristallines du Pacifique !

Un commentaire sur “La Polynésie française, feuille de route

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

The Path She Took

Travel far, Travel green

Ferdy pain d'épice

Expatriation au Canada, Voyage & Cie

alaska-patagonie

Un tour du monde à partager

Novo-monde

Un tour du monde à partager

A-contresens

Just another WordPress.com site

America By Bike

From Whitehorse to Tierra del Fuego

Bon, j'me casse.

Sur ma route, oui, il y a eu du vide, oui.

Tour d'Asie en sac à dos

"Pour voyager, il faut commencer par se perdre" _L'homme au grand nez

%d blogueurs aiment cette page :